Under construction

Under construction

Un spectacle duquel vous ne sortirez pas indifférent

Quand Windu m’a proposé de travailler avec eux sur ce projet de quator de flûtes à bec, j’ignorais absoluement toutes les possibilités que cet instrument avait à offrir. En fait, pour moi, ce n’était que le petit instrument en plastique blanc qu’on était obligés d’apprendre à jouer à l’école. N’arrêtez pas la lecture pour ce que je viens de dire, la belle histoire arrive.

La conversation entre Windu était tout à fait gratifiante grâce à leur esprit et, surtout, à leur patience avec moi. Je suis sorti de cette discussionavec des idées très claires. D’abord, que ce n’était pas qu’un instrument ancien, mais qu’il embrasse un vaste répertoire qui va de la musique ancienne jusqu’à la plus actuelle. De plus, les préjugés et le manque de connaissance pour cet instrument ne fait nul doute (c’est là que les Windu on fixé ses yeux sur moi). Et finalement, que Windu est le seul quator de flûte à bec existant en Espagne, et qui se sont proposé d’exprimer les possibilités de leur instrument jusqu’à la limite. Puisque nous parlons de limites, Les Windu étaient prêts à changer n’importe quoi pour fuir de l’idée habituelle qu’on a de ce tipe de concerts. Cool!

La seule limite, le respect pour la musique. La scène ne devra pas masquer la musicalité. Et nous nous centrons sur la flute comme axe principal.

Under construction est, donc, l’exploration des possibilités de cet instrument, dans toutes ses formes (plus de 70, car c’est le nombre de flûtes à bec qu’il y a sur scène). Et les musiciens ne sont pas seulement des interpretes exceptionels, mais aussi de performers très doués: c’est le musicien qui est plus qu’un simple exécutant, le musicien apparaît derrière son instrument, qui l’enveloppe de sens et d’émotions.
Finalement, Under construction se développe dans l’espace. Restant fidèles au titre du spectacle, on commence par une page blanche qui petit à petit se remplit par la musique, par le mouvement, la technologie et l’image. Tout cela avec le but de créer des liens avec le publique , surpris par les possibilités de la flûte à bec et son repertoire. Vous ne sortirez pas indifferent, comme moi, après la conversation avec les Windu.

May the force with be them.

Iban Beltran, directeur d’scène.

Les ouvres interpretées vont dés des classiques trés connus comme les fugues de Bach à la musique contemporaine, écrites pour flûte à bec, specialment.

  • Arvo Pärt (1935): Pari intervallo (1976/1980)
  • Johann Sebastian Bach (1685-1750): Contrapunctus I, Allegro (del 3r concierto de Brandenburgo), Gute nacht
  • Tarquinio Merula (ca. 1590-1665): La Lusignuola
  • Matthias Maute (1963): Les barricades
  • Thomas Simpson (1582-c.1628): Bonny sweet Robin
  • Hugh Ashton (c.1485-1558): Hugh Ashton’s Maske
  • Antonio de Cabezón (1510-1566): El canto del Caballero, Pavana italiana
  • Chiel Meijering (Amsterdam, 1954): The mistery of the leaning tower, Pet rescue, Sanctus y Zakpijpen.

Flûtistes: Clara Cowley, Eloi Fuguet, Eva Jornet y Marcel Leal.
Directeur d’scène: Iban Beltran.
Éclairage: Oriol Ibáñez.

Le Windu veulent remercier tout particulièrement la collaboration de Toni Gutiérrez, Pau Orriols, Raúl Faneca, Benjamín Rojo, Martí Selga, Vicenç Leal, Carol Duran, Peter Cowley et l’équipe technique et de gestion de l’Auditori Eduard Toldrà de Vilanova i la Geltrú.
Dossier & photos